• Denis Mesek

Pourquoi les assurances doivent choisir le bon partenaire de surveillance - Lutte contre la fraude




Outre le fait que les fraudeurs deviennent de plus en plus sophistiqués et ingénieux

lorsqu’il s’agit d’escroquer les assurances, et qu’il est par conséquent de plus en plus difficile de les démasquer. Employer la mauvaise équipe pour la conduite de surveillance peut s’avérer très coûteux, ruiner complétement votre enquête et même nuire à votre réputation.


Alors comment bien choisir son partenaire...


 


Un opérateur de surveillance ou un détective privée ?


La différence entre un opérateur de surveillance et un détective privée et aussi grande qu’un agent de police de la brigade d’observation et un opérateur de surveillance d’une unité militaire.


Si je vous parle de ça ce n’est en effet pas par hasard. Dans le monde de la surveillance, il faut discerner quels sont généralement les deux profession dont sont issus les opérateurs de surveillance et les détectives privées.


En effet, tout au long de ma carrière j’ai eu l’opportunité de côtoyer de nombreux « opérateurs » ou « détectives » dans le domaine privée. J’en ai essentiellement relevé que la majorité des opérateurs sont soit, d’ancien enquêteurs de police ou d’ancien militaire ; souvent ancien membre d’unité d’élite comme pour ma part.

Cette distinction, qui peut paraître bénigne, amène cependant une différence considérable dans la façon d’opérer lié à ces deux environnements. Et, cette différence peut s’avérer capital pour la réussite de votre projet ! C’est pourquoi je vais vous dévoiler certaines clés qui vous aideront à bien choisir votre partenaire d’enquêtes.


Tout d’abord, nous devons identifier le contexte d’opération de ces deux environnements afin de révéler la méthodologie qui amène à cette différence. Lorsque l’on analyse ce contexte, on peut s’apercevoir qu’il s’agit en réalité de deux mondes totalement différents. Par conséquent, la méthodologie d’opération est exhaustivement différente.

Regardons d’un peu plus près ce fameux contexte qui rend ces deux environnements si similaires, et pourtant si différent…

Tout d’abord, et sans même aller chercher bien loin, on peut s’apercevoir qu’un opérateur militaire opère essentiellement en territoire étranger ; même s’il arrive de plus en plus de voir ces unités opérer à domicile. Tandis qu’un agent de Police opérera uniquement à domicile et même très souvent en territoire connu.


Cette démarcation aussi flagrante soit-elle amène une différence dans la façon d’opérer entre ces deux environnements. En effet, le fait d’opérer en territoire étranger nécessite d’une part, de bien plus de préparation, d’attention et de management du risque ; notamment le risque d’être découvert ou « cramé » comme on dit dans le jargon du métier. Car vous vous imaginez bien que de se faire découvrir en territoire étranger et être découvert à domicile n’implique pas du tout les mêmes conséquences !

De plus, un officier de police conduisant une surveillance ; faisant office d’autorité ; ne se soucie peu voire pas du tout de ce qu’on appelle « le parti tiers ». Par « parti tiers » on entend simplement tous les gens faisant partie du décor, incluant les passants, les usagers de la route, les gens sur les terrasses, fenêtres et balcons, etc.

Alors qu’un opérateur militaire au contraire, du fait qu’il opère en territoire étranger, il attache une attention particulière aux « parti tiers » et toute sa stratégie est basé sur l’environnement dans lequel il opère. Passant par le code vestimentaire, le choix du véhicule, l’équipement utilisé et encore bien d’autres…


Et de premier abord on peut se dire, mais quelle importance cela fait-il si le voisin du coin ou le type buvant son café sur une Terrace me repère en train d’effectuer une surveillance…

Or, vous allez voir qu'en réalité ce détail à lui seul peut sceller le sort de votre réussite !


En effet, il est important et même primordiale d’attacher une attention particulière au parti tiers lors de surveillance. D’une part vous ne savez pas quel relation votre cible pourrait avoir avec le parti tiers, et d’autre part ce fameux parti peut tout simplement être infesté de contre-surveillance suivant quel est votre cible.

Afin que vous compreniez mieux, voici un exemple concret. Il y a quelques années, nous avons été mandatés par un client qui avait besoin de notre expérience et expertise en matière de contre-surveillance car il soupçonnait être la cible d’une équipe de surveillance privée.

Notre mission était d’accompagner, sous couverture, le client dans ses déplacements et repérer toutes surveillances potentiel qui serait conduite sur lui ou sur les emplacements qu’il fréquente.

Ce jour-là, nous mettons en place notre dispositif, et une fois arrivé en centre-ville, très vite, je repère une personne avec un comportement pas naturelle. Donc je commence à observer cette personne d’un plus près et transmet la communication à mon équipe. Après quelques instants, cette même personne se cache derrière un coin d’immeuble, sort son appareil photo et commence à "rafaler" en direction de notre client. C’est confirmé ! Notre client est sous-surveillance comme il le soupçonnait, reste plus qu’à identifier la taille et l’identité de l’opposant…

Une erreur de débutant qui leur a coûté la réussite de leur projet d’une part. Mais la plus grosse perte est certainement la perte financière qu’a subi leur client, correspondant aux honoraires des détectives ; honoraires d’une opération ratée…

Et certaines fois, il n’est même pas nécessaire de devoir mettre une équipe de contre-surveillance en place. Des voisins avertis ou un passant observateur sont d’autant de simples petits éléments qui peuvent faire capoter une opération et vous coûter de l’argent !

En effet, il y a quelques années, Nous avons été contactés par un client pour une surveillance, en pleine période de Noël, sur un individu recherché par Interpol et plusieurs gouvernements. Étant une période mouvementée, j’ai précisé au client que nous ne pouvions pas débuter la mission avant plusieurs semaines. Le client étant dans l’urgence, n’a pas voulu attendre et a décidé de mandater une équipe locale qu’il avait rapidement trouvé sur internet.

Il s’avère que c’est une erreur qui lui a coûté très chère…

L’équipe local, étant de simples détectives privées, n’ont pas su s’adapter au contexte et n’étaient pas conscient des réels enjeux.

Jour de surveillance N°1 : Lorsque le dispositif de surveillance fini avec les menottes aux poignets…

Un matin de décembre, peu avant Noël, l’équipe de surveillance local se met en place. La cible se trouvait dans un petit quartier résidentiel au milieu de la campagne, très calme. Cependant, c’était l’endroit idéal pour une surveillance car le quartier était entouré de forêt, mais surtout, il se situe dans un cul-de-sac. En d’autres termes, une seul entré et sorti. Le paradis pour une équipe de surveillance ! Pas besoin de s’exposer et en surveillant le seul accès à la zone résidentielle il est quasi impossible que le « trigger » manque sa cible…

Cependant, il n’a pas fallu longtemps pour qu’un voisin ne les repères et avertisse la cible. Ce qui en suit est digne d’une scène d’un film comique. La femme de la cible est sortie confronter les détectives ; qui s’étaient gentiment garée devant leur maison à deux dans le véhicule ; elle a appelé les autorités et ceux-ci ont fini au poste de police. Je vous laisse imaginer le mécontentement du client et la réputation que cet événement a forgé aux détectives…

Le plus contraignant dans l’histoire est que la surveillance sur la cible était toujours nécessaire, mais à partir de là le jeu n’est plus du tout le même !

Lorsque nous sommes finalement arrivés sur le terrain pour essayer de rattraper cette erreur monumentale, il nous a fallu nous adapter et prendre des mesures particulières pour ne pas subir le même sort. Et maintenant tout le quartier était sur ses gardes, la police locale avait intensifié les patrouilles et les résidants avait mandaté une entreprise de sécurité pour surveiller le secteur !


Mais je vous rassure, finalement nous avons réussi à tenir la cible sous contrôle pendant environ un mois, jusqu’au soir où la cible a essayé de fuir le pays sous une fausse identité. Mais nous étions préparés à ce cas de figure et avions toujours la cible sous contrôle. Nous avons alors aussitôt averti le client, qui lui a averti qui de droit ce qui conduit ensuite à l'interpellation de l’individu dans le pays voisin lorsqu’il était sur le point d’embarquer dans l’avion avec ses faux papiers.


"La surveillance est un art qui demande beaucoup de pratique et d’entraînement afin d'être maîtrisé, c’est pourquoi à Eyes On Target nous nous entraînons et performons depuis déjà plusieurs années et continuons de développer nos techniques, afin de vous fournir la meilleure qualité de service possible."


 



Quelques conseille simple pour trouver le partenaire de surveillance adéquat.


Tout d’abord il est important de définir le contexte. Il est clair que si votre but est simplement de déterminer si votre conjoint ou conjointe vous trompe, n’importe quel détective fera l’affaire et il sera même bien mieux adapté à la situation car il sera surement beaucoup moins cher qu’une équipe d’opérateur professionnel !

Cependant, lorsqu’il s’agit de HVT (High Value Target), de politiciens ou d’individus ayant les moyens de s’entourer de garde du corps, le simple détective sera malheureusement très vite dépassé.

Ensuite, il faut savoir qu’une simple question suffit à différencier un bon détective d’un mauvais, une bonne équipe d’opérateur d’une mauvaise.

Posez simplement la question suivante : Avez-vous déjà subi une « perte » ?

Si la réponse est non. Raccrochez et commencez à chercher quelqu’un d’autre !

Il faut savoir que dans le monde de l’espionnage et de la surveillance, la perte fait partie du métier, et arrive de temps en temps. Donc un détective ou un opérateur qui vous affirme ne jamais avoir subi de perte est soit un menteur soit inexpérimenté. Et je le dis haut et fort !

D’autre part demandez-lui qu’elle est sa façon d’opérer. Opère-t-il en solo ou en équipe ? Lorsqu’il s’agit d’opération d’envergure un professionnel ne va jamais travailler seul car il est quasiment impossible de tenir quelqu’un sous contrôle pendant de nombreuses heures ou journées seul. De plus, travailler seul augmente considérablement le risque de se faire détecter et d’exploser le « Heat-omètre » !

Avec ces deux simples questions vous pouvez déjà vous faire une idée de la qualité de votre interlocuteur et déterminer si celui-ci est adapté pour votre projet.

La surveillance est un art qui demande beaucoup de pratique et d’entraînement afin d'être maîtrisé, c’est pourquoi à Eyes On Target nous nous entraînons et performons depuis déjà plusieurs années et continuons de développer nos techniques, afin de vous fournir la meilleure qualité de service possible.

De plus, le secteur privé manque de régulation et de nos jours, n’importe qui peut prétendre à être détective privée ou opérateur. Il est de ce fait, très important que vous compreniez les risques de mandater les mauvaises personnes pour exécuter une surveillance. Cela pourrait vous coûter immensément et même créer de nombreux soucis juridiques.

Chez Eyes On Target, nous consultons toujours notre partenaire juridique avant d’accepter un projet et de sortir sur le terrain. Cela garanti à nos clients la tranquillité d’esprit vis à vis de la loi et leurs évite la perte de grandes sommes d’argent.


Visitez notre page de service et réservez votre consultation gratuite dès maintenant afin de découvrir comment nous pouvons vous aider à lutter contre la fraude.




#Surveillance #Enquête #Assurance #Fraude





6 vues0 commentaire